Principaux KPI pour les PME/PMI de l’industrie manufacturière

  • juin 30, 2019

Pour les entreprises manufacturières de taille moyenne qui souhaitent être compétitives dans le monde de l’industrie 4.0, être efficace dans l’atteinte de ses objectifs clés tels que la maximisation de la productivité, la livraison d’un produit d’excellence et le respect des délais, est essentiel pour une réussite à long terme.

Les indicateurs clés de performance (KPI – Key Performance Indicators), sont des éléments de mesures quantifiables que les entreprises peuvent utiliser pour atteindre ces objectifs. Sans établir de KPI clairs, une entreprise ne peut pas se fixer d’échéances réalistes, faire des progrès dans la réduction des arriérés ou des excédents de stocks, et déterminer quels produits génèrent les profits les plus élevés. Cela peut coûter du temps, de l’argent et des clients, et peut également influer sur le succès des entreprises manufacturières de taille intermédiaires, nouvelles ou déjà bien établies.

Principaux KPI pour les entreprises manufacturières de taille moyenne

Comme l’a fait remarquer Nick Ismail, rédacteur en chef d’Information Age : il est essentiel de choisir les bons KPI et d’utiliser les bonnes mesures afin de les surveiller pour que la transition vers les technologies 4.0 en vaille la peine. Bien que toutes les entreprises n’aient pas des besoins identiques, notre expérience avec les entreprises manufacturières de taille moyenne indique que les plus significatifs sont :

Le Taux de Rendement Global (TRG)

Le taux de rendement global est la référence en matière de mesure de la productivité des entreprises manufacturières de l’industrie 4.0. Il mesure le taux de fonctionnement de vos machines par rapport à leur plein potentiel.

Les trois principaux critères du taux de rendement global sont :

Disponibilité : surveiller les arrêts de productions prévus et imprévus et leur durée
Performance : surveiller la durée du cycle et déterminer les facteurs qui font que la production fonctionne à des régimes sous-optimaux
Qualité : les pourcentages d’unités produites bonnes ou rejetées par mise en production.

L’équation de base pour le taux de rendement global est Disponibilité x Performance x Qualité. Un taux de rendement global de haut niveau est atteint lorsque la Disponibilité atteint 90%, la Performance 95% et la Qualité 99%, ce qui fait un taux de rendement global de 85% (90% x 95% x 99%= 85%).

La première étape est de connaître son taux de rendement global pour pouvoir l’améliorer. Mettre en place un programme TRG complet aide les entreprises manufacturières à surveiller efficacement

la production, à évaluer les progrès, à réduire les coûts et à maximiser la productivité, ce qui augmente la satisfaction et la fidélité des clients.

Le respect des délais de livraison

Le respect des délais de livraison est assuré dans une plage de temps entourant une date d’échéance fixée, généralement plusieurs jours avant à 0 jour après. Les délais de livraison sont généralement établis en fonction des besoins de la chaîne de production et des flux de trésorerie. Une fois la date de livraison fixée, elle doit être respectée. Plusieurs facteurs, y compris le moment de l’achat, le temps de fabrication et les problèmes d’approvisionnement, influent sur le respect des délais de livraison. Un système ERP intégré aide les entreprises manufacturières à surveiller et à gérer les facteurs qui influent sur le respect des délais de livraison en suivant l’historique des achats, les détails de facturation et d’expédition, les renseignements comptables et les détails de la gestion de la chaîne logistique.

Comme l’a fait remarquer Forbes récemment, le respect des délais de livraison n’est pas moins important que la qualité : « Un produit parfait livré en retard par des personnes aimables et attentionnées est l’équivalent d’un produit défectueux. » Cela signifie que la mise en œuvre et le maintien d’un calendrier de livraison réalisable sont cruciaux pour toute entreprise.

La marge bénéficiaire moyenne

La marge bénéficiaire moyenne fait référence aux marges bénéficiaires brutes, d’exploitation et nettes moyennes à long terme.
La marge bénéficiaire brute désigne le pourcentage des revenus qui est effectivement un bénéfice après prise en compte des coûts directs de fabrication, on la calcule ainsi : (Ventes nettes – Coût des biens vendus) / Ventes nettes. La marge bénéficiaire d’exploitation, un ratio du bénéfice d’exploitation sur les revenus, tient compte de toutes les dépenses d’exploitation, calculées comme suit : bénéfice d’exploitation / revenus de vente. Le suivi de ces marges peut aider les entreprises à se concentrer sur les profits plutôt que sur les revenus, et aide à déterminer les domaines pour lesquels il y a un potentiel d’amélioration.

La marge bénéficiaire nette, « le résultat net », est exprimée en bénéfice net moyen divisé par le revenu. Il s’agit de l’efficacité d’une entreprise à générer des profits sur chaque euro de revenu gagné après avoir comptabilisé toutes les dépenses d’une entreprise. Toutefois, la marge bénéficiaire nette ne fournit pas d’information sur la façon dont les coûts de production sont gérés.

Suivre la marge bénéficiaire moyenne, plutôt que de se limiter aux marges brutes, aux marges d’exploitation ou aux marges bénéficiaires nettes, permet aux gestionnaires d’avoir une image complète des coûts et des revenus et les aide à prévoir les liquidités dont disposera leur entreprise pour sa croissance. Suivre et comparer la marge bénéficiaire moyenne pour différents produits fournit aux gestionnaires l’information dont ils ont besoin pour prendre les décisions nécessaires pour orienter les stratégies de production et de marketing à court et à long terme et pour assurer un profit maximal.

La gestion des en-cours de fabrication

Les en-cours sont les produits qui ont commencé le processus de fabrication, qui ne sont plus de la « matière première » mais qui ne sont pas encore des produits terminés. Un excédent d’en-cours de fabrication est révélateur de problèmes dans la chaîne logistique et/ou dans la production, et même de petites quantités d’en-cours signifient de grosses sommes d’argent immobilisées. La mise en œuvre de mesures visant à maintenir les en-cours à un niveau optimal augmente la productivité et réduit les coûts. Les mesures de « lean production », y compris le principe du juste-à-temps, sont des systèmes de gestion qui aident à surveiller et à gérer les en-cours et à rendre la fabrication plus efficace.

Le flux tendu

Le flux tendu repose sur le système du juste-à-temps conçu pour augmenter l’efficacité et diminuer le gaspillage en s’assurant que l’on dispose juste du stock nécessaire pour répondre à la demande, sans surplus. La gestion des stocks en juste-à-temps aide les entreprises manufacturières à cartographier et optimiser leur chaîne de valeur, en créant des flux et en mettant en place un système de flux tiré. Cela réduira les coûts de détention des stocks, améliorera les flux de trésorerie et diminuera les stocks non utilisés.

Toutefois, la mise en œuvre du juste-à-temps suppose des niveaux d’inventaire continuellement bas, un système de prévision de la demande précis qui intègre les stocks et l’information concernant la demande des clients. Les renseignements sur la demande des clients peuvent être entrés dans les systèmes ERP, analysés puis intégrés aux calendriers de production pour aider les entreprises manufacturières à décider comment accélérer la production. Il peut également faire correspondre les stocks aux besoins d’une production dynamique et ne dépenser que ce qui est nécessaire en termes de fournitures et de stockage.

L’intégration des systèmes nécessaire à la mise en œuvre du flux tendu est typique des technologies dont les entreprises manufacturières ont besoin à l’heure de l’industrie 4.0.

Surveiller et gérer l’excellence

Pour les entreprises manufacturières de taille moyenne voulant être compétitives dans le monde de l’industrie 4.0, il est essentiel d’identifier et de mettre en place des indicateurs clés de performance pour réduire les coûts et optimiser les stocks et la production. Le taux de rendement global, le respect des délais de livraison, la marge bénéficiaire moyenne, la gestion des en-cours et la mise en place du flux tendu font partie des indicateurs clés de performance, les plus importants pour les entreprises manufacturières.

Une surveillance et une gestion des KPI à la pointe de la technologie nécessitent une intégration automatisée des systèmes et une connectivité en temps réel pour anticiper les pannes de machines, les aléas liés à la chaîne d’approvisionnement et aux stocks, le respect des calendriers, et bien plus encore, permettre aux gestionnaires de prendre des décisions intelligentes, dynamiques et proactives pour leur entreprise.

Featured Blog Posts
Magic Software
Conservez votre avance concurrentielle avec le Data-Driven Manufacturing
Read Story
Qu’est-ce que l’industrie 4.0 et en quoi est-ce un tel challenge pour les systèmes de manufacturing classiques ?
Read Story
5 grands défis pour les PME/PMI de l’industrie manufacturière
Read Story